Laos 2 : Vientiane, Vang Vieng & Kalash’

Vendredi 11 mars 2016, 17h, Vientiane.

Vientiane, Famille & Amis

Nous arrivons pile à temps pour nous garer dans un temple jouxtant le marché de Nuit, et rejoindre notre tante Framboise et son groupe d’amis à l’hôtel, qui quittent la capitale demain! Nous passons alors la soirée avec la troupe entière, entre apéro dans leur suite, dîner dans un bon resto et after à l’hôtel! Nous partageons un excellent moment avec Framboise et ce groupe de l’âge de nos parents dont l’enthousiasme est si communicatif! Cerise sur le gâteau, c’est un peu honteux mais très reconnaissants que nous profitons aussi de la malchance d’un des couples, appelé à rentrer en France en urgence, qui nous offre leur suite pre-payée pour la nuit. Un confort de roi comme nous n’en avons pas connu depuis bien longtemps… 😉

P1010870

Le lendemain, nous retrouvons nos amis lyonnais ainsi qu’un autre camion de grenoblois – Cédric et Marion-, en voyage depuis 2 ans avec leurs deux enfants de 4 et 2 ans. Le courant passe tout de suite, et nous passons à nouveau 2 fantastiques journées avec eux, Stéphane et Natasha. On partage nos bons plans de voyages, nous échangeons des livres, nous entraidons pour le bricolage, partageons nos films … Nous sommes sur un immense parking en plein centre, les enfants profitent des vélos des copains, et nous bavardons des heures avec nos nouveaux amis! Nous n’avions pas réalisés à quel point celà nous manquait, mais quel bonheur de passer du temps avec des copains, qui plus est des voyageurs qui vivent les mêmes choses que vous! (message subliminal : Les copains et la famille, vous nous manquez vraiment 😉

 

P1010899P1010896P1010893P1010892P1010895P1010949

Nous n’en oublions pour autant de profiter des rares attraits de la ville de Vientiane, mais aussi et surtout pour la logistique et les bons restaurants qu’elle offre!! Nous faisons le plein de nourriture, de précieuses baguettes de pain (Boulangerie le Banneton!!) et d’excellents restos authentiques! La ville est loin d’être somptueuse en dépit des ors des palais et autres monuments officiels, mais au détour de quelques rues ombragées, nous prenons le temps d’apprécier les vestiges du temps, les terrasses et l’énergie des locaux, décidément plus avenants que les Sudistes!

 

P1010882P1010873P1010874P1010876P1010877P1010885P1010888P1010889P1010909P1010914P1010919P1010941P1010932P1010942

Motivés par nos compagnons de route, nous renouons furtivement avec le sport ; Clo se lance dans une session de Freelitics (qui lui coutera 4 jours de courbatures) et je pars “yoguer” sur les bords du Mekong accompagné de Gaspard à vélo (qui lui coutera une sieste paralysée de 3 heures).

P1010945

Toutes les bonnes choses ayant une fin, c’est avec des pieds de plombs que nous remettons les moteur en marche direction le grand nord et ses montagnes, où on nous prédit une route horrible… Toutefois, nous nous donnons tous rdv dans le Nord du Laos ou de la Thailande où nous devons atterrir dans les mêmes eaux.

Vang-Vieng, Sommets & Kalashnikov

Rochers, cailloux, trous béants, côtes ensablées, goudron en pointillé, la route est bien telle qu’annoncée! Nestor tient le choc, sa puissance de feu et ses roues jumelées à propulsion n’ont rien à envier aux gros camions 4×4. En revanche, les armatures en plastique commencent à montrer leurs limites. Nous nous efforçons d’atténuer la rudesse du trajet, en passant quasiment à l’arrêt chaque obstacle. La route est pénible mais belle car nous attaquons les montagnes et les villages pittoresques.

Près de 3 heures plus tard (au lieu de l’heure et demie annoncée par notre ami Maps.Me), nous rallions notre étape suivante : Vang Vieng. Petit villlage niché au pied des montagnes et bordant la rivière Nam Song, l’endroit est devenu une institution pour les backpackeurs occidentaux en mal de sensations fortes. Sports extrêmes, bars & boites, drogue & alcool sont les maitres mots … à mélanger dans le sens de votre choix. Début 2012, l’Etat met un terme aux abus – qui causent en moyenne une vingtaine de morts par an -, et redonne un attrait un peu plus paisible à Vang Vieng. La ville ne présente pas grand intérêt, c’est un enchainement de bars et de restos destinés à se morfondre devant des films américains ou l’intégral de Friends. Pour autant c’est paisible, et nous apprécions pas mal les cabanes en bois perchées sur le Nam Song, où nous passons des heures les pieds dans l’eau à bouquiner et nager dans le courant.

P1010953P1010955P1010968P1010960P1010969

 

Nous ne résistons pas non plus à l’incontournable “Tubing”, le sport national, et louons deux chambres à air pour descendre 6 kilomètres sur le Nam Song. Nous sommes 5 sur 2 bouées, le courant – sauf exception – est très faiblard, et nous nous trainons péniblement pendant près de 3 heures!! La ballade est sympa mais, pour les sensations fortes faudra repasser.

GOPR0463GOPR0465

 

Lors de notre dernière nuit dans le temple, alors que je pars me promener au gré des ruelles animées (comprenez que je m’échappe discrètement pour aller trouver un bar retransmettant France-Ecosse), 4 motards de la police touristique passent voir Clotilde pour lui dire que nous ne pouvons pas dormir dans les temples à Vang Vieng. Ils proposent alors de déplacer Nestor sur le parking le plus sordide de la ville, aussi accueillant qu’une favella brésilienne. Clo feint de ne pouvoir conduire seule mais promet de m’en parler. C’est notre premier contact avec la Police et on craint l’amende, mais les enfants dorment et nous partons dès demain matin. Je m’endors alors sur le coin dinette en guettant le retour des motards… qui ne viendront jamais.

Nous n’avons connu aucune arrêstation entre la Malaisie, la Thailande et le Cambodge, mais déjà 2 fois au Laos des policiers ont tenté – par erreur – de nous arrêter. En voyant que nous sommes blancs, qu’ils vont devoir parler anglais et que le camping car n’est pas un camion de marchandises, ils abandonnent instantanément.

 

Nous attaquons désormais la haute montagne, mais la route est en bon état malgré le balai incessant des camions dont les ascensions se font à vitesse escargotienne ; 10km/h en moyenne. Il n’est pas rare de voir nombre d’entre eux en panne au bord des routes, crevaisons, moteurs en feu, tout y passe.

Nous atteignons alors la ville de PhuKhoun, perchée à plus de 1 600 mètres d’altitude, qui abrite probablement le seul camping officiel du Laos! C’est sur les conseils d’autres voyageurs que nous nous y rendons pour passer la nuit! L’endroit a quelque chose de magique, avec son grand stupa qui domine le Col où nous nous garons, et la vue sur une vallée infinie.

P1010978P1010997P1010992

 

Le camping est tout neuf et tout est en travaux, avec en priorité un immense préhaut pour abriter les boulodromes!! Les laotiens sont totalement dingues de pétanque. Nous ne tardons pas à rencontrer la propriétaire, laotienne de naissance mais ayant passée son enfance à Washington. Elle semble posséder toute la montagne et nous parle de ses projets ; bungalows, restaurant panoramique, pistes d’accès aux cascades etc… ! Nous sommes seulement 2 clients aujourd’hui, l’autre étant 1 thaï propriétaire de resorts avec qui on fait connaissance et qui nous invite à passer chez lui à notre passage en Thailande.

Nous passons l’après-midi à gravir les petits sommets avoisinant où les nains sautent comme d’infatigables isards. Ils adoptent également les petites huttes en guise de salle de jeu, et Clo rêverait de pouvoir ramener l’une de ces petites maisonnettes chez nous à Sèvres! Pratique!

P1010983P1010980P1010991P1020005P1020011P1020014

 

Le lendemain matin, la propriétaire nous salue avant son départ pour Vientiane, et on remarque alors qu’elle est accompagnée de gardes du corps avec kalashnikovs, ce qui ne nous rassure pas vraiment. 30 minutes plus tard, nous prenons nous aussi la poudre d’escampette, mais la route par laquelle nous sommes arrivés vient d’être totalement retournée par un tractopelle, et est impratiquable. L’espace d’une demi-seconde on envisage l’impensable traquenard, mais les ouvriers nous indiquent une autre route de terre qui part à travers la montagne… Je pars faire un repérage à pied mais ils semblent dire vrai, et nous pouvons enfin quitter la propriété par un sentier de crête. Arrivés à l’intersection avec la route goudronnée, nous nous retrouvons à nouveau face à des gens armés de kalash et de vieilles carabines, qui nous saluent aimablement… C’est un peu la quatrième dimension, et ce sera la même chose sur les prochains 150 km de montagne, chaque village que nous traversons a quelques vigiles armés disséminés sur le bord des routes…

P1020016

Les théories diffèrent, mais la plus vraisemblable reste qu’il y ait eu ici des tirs contre des touristes américains il y a quelques jours, et que le gouvernement ait armé les villages pour éviter tout débordement… Difficile à croire, mais dans ce genre de pays, plus rien ne nous étonne, et nous arrivons sans encombre dans l’ex capitale Laotienne, Luang Prabang.

 

Le récit de cette dernière étape ainsi que du Nord se fera dans un prochain épisode!

Très beau week-end à tous,

 

Ze Great Trip

 

7 réflexions sur “Laos 2 : Vientiane, Vang Vieng & Kalash’

  1. Hoegh-guldberg Marie

    Bravo bravo! Quel courage mais quel bonheur votre aventure! Quel voyage! J’ai lu avec grand intérêt quelques uns de vos posts. Bon voyage! Je vous embrasse. Marie Angliviel.

      1. Marie hoegh-guldberg

        Ah ah. Génial! Si larteau vous accompagne cela me ravit! Bon voyage et profitez en bien surtout. Vous nous faites rêver! !!

  2. Therese Paquier

    Vous allez avoir des gambettes d’acier avec tous ces escaliers que vous montez et descendez et toutes ces excursions! Sans compter la gym et la natation!!
    Vous aussi vous nous manquez.
    Merci pour tous vos récits et vos belles photos, on voyage un peu grâce à vous.aujourd’hui nous étions en balade dans la neige au Hautacam, ça doit vous sembler loin.
    Bises de Mam et Dad

  3. ABBEY Guennoun

    Salut la famille!

    Je suis votre épopée avec grand intérêt et vos lectures me permettent de m évader un peu c est vraiment chouette! Je vois en tous cas que tout le monde s est bien acclimaté a cette nouvelle vie et que vous dévorez cette aventure a 200% c’est super!
    Avez vous déjà fait un retour en arrière sur votre voyage pour réaliser un peu tout ce que vous aviez vu, l évolution de votre acclimatation, la façon dont les enfants ont grandi et change par rapport à votre départ?? Un espèce de bilan de mi parcours en somme? Un peu tôt j en convient mais cela fait déjà presque 3 mois!!!
    Allez vous fêter Pâques et cacher des œufs dans nestor pour la traditionnelle chasse annuelle? En tous cas belle continuation, merci et la bise!

    1. Très pertinentes questions!! Même si on passe beaucoup de temps à discuter de tout ça ensemble, on appelle pas encore ça un bilan! Les enfants évoluent tellement vite sur certaines choses qu’on attendra sûrement la fin du voyage pour faire une synthèse !! Côté Pâques, l’église de Chiang raï était en travaux, et les oeufs en chocolat aussi rares que le saucisson… On aura double ration l’an prochain ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s