Indonésie 2 : îles Togians & Volcans de Sulawesi

Samedi 25 juin 2016, sur la route des Togians

Togians, l’autre bout du monde.

Le rafiot sensé relié Ampana aux iles Togians continue de se remplir…

Nos inquiétudes persistent et nous discutons avec quelques locaux sur le bateau dont un guide rencontré la veille dans notre hôtel. Malicieux et très rassurant, il nous dit que seuls 2 bateaux ont chaviré sur cette ligne il y a quelques années!

Malgré tout, les habitués sont nombreux, et tout le monde se veut assez serein. Notre impatience pour les îles est supérieure à nos craintes, et nous quittons le quai à une vitesse que Maxime et Gaspard tiendraient à la brasse.

Nous ne regretterons pas notre choix, nos 8 heures de traversée entourés de locaux se déroulent pour le mieux, nous traversons ces fameuses îles togians isolées du reste du monde, et faisons escales dans de tout petits villages lacustres dont l’arrivée du bateau est, à chaque fois, fêtée dignement !!

IMG_20160625_154747IMG_20160625_095019IMG_20160625_095619IMG_20160625_132349IMG_20160625_132734IMG_20160625_163004IMG_20160625_163129IMG_20160625_174120

A la tombée du jour, nous arrivons enfin sur “notre” île (Malenge), dont le village principale compte quelques dizaines d’âmes. 15 minutes de petite barque plus tard, nous arrivons dans notre endroit rêvé ; le Sera Beach resort. Plage de sable blanc nichée au fond d’une anse totalement protégée par une barrière de corail, il n’y a ni téléphone, ni internet, ni aucune autre habitation à des lieues à la ronde. Bienvenue à l’autre bout du monde.

P1040835P1040837P1040833P1040831P1040860P1040849

Après des jours de transport, de bus, de voitures, de bateau, nous posons nos valises pour une semaine de pur farniente ; snorkeling, plage, bouquinage, siestes, beach volley, stack line, visites des tribus, n’en jetez plus, vous êtes bien au paradis.

P1040862P1040846P1040834P1040845P1040842P1040838P1040839P1040836P1040850P1040855P1040857P1040859P1040852P1040866P1040868P1040869P1040876P1040880P1040891P1040892P1040894P1040899P1040902P1040907P1040909P1040910P1040918P1040921P1040934P1040960P1040931

Nous partageons ces quelques jours avec nos voisins de bungalow, et une chouette équipe se crée entre participants de l’euro 2016 ; polonais, allemands, italiens, français et hongrois. Rdv est pris pour notre beach volley quotidien, et la France vainc systématiquement le reste de l’Europe.

P1040963

Cette parenthèse dorée sur une île déserte et déconnectée est un vrai bonheur pour tous, où nous renouons avec nos vieilles connaissances subaquatiques ; pointes noires, raies, poissons clown. Les nains sont de plus en plus endurants, et tiennent désormais plus d’une heure en snorkeling. De vrais enfants poissons.

L’expérience d’isolement total touchant à sa fin, nous reprenons le chemin du nord, et de la grande spécialité de Sulawesi : les transports épiques.

De notre resort à l’ile principale, notre hôtel nous transporte dans son petit canot sur une mer assez déchaînée, et nous mettons près de 2 heures de plus que prévues pour rejoindre le port de Wakai. D’ici, nous prenons un très gros bateau de transport qui mettra la nuit à rejoindre la côte Nord et la ville de Gorontalo. Nous négocions sur le quai pour sous-louer la cabine d’un officier et passer notre nuit dans de vrais lits. C’est un peu la foire d’empoigne, et tous les touristes font de même, mais nous réussissons à obtenir notre cabine au confort spartiate.

P1040965P1040966P1040969P1040970P1040971

Les Volcans en alerte

Arrivés à 4 heures du matin au port, nous négocions à nouveau une voiture pour rejoindre notre dernière étape sulawesienne: Tomohon et ses volcans. 10 heures de voiture plus tard, nous voilà arrivés dans l’eden “Happy Flowers”, sympathique hôtel au pied du plus grand Volcan du coin : le Lokon.

Nous y serons tellement bien, que nous y resterons 5 jours, entre randonnées sur les volcans Lokon and Mahahout, découverte des marchés traditionnels, et temps calmes.

Attention âmes sensibles, le marché traditionnel est issue de traditions ancestrales qui ont la dent dure, et une fois par mois, on peut acheter sur le marché de la viande de chien, de rat, de serpent ou de chat, qui sont tués à la main sur place et cuit au chalumeau. Une vraie atrocité qui semble également choquer tous les sulawesiens non natifs de cette ville, et bien sûr Clotilde et les enfants qui préfèreront rester à l’écart !

P1040977P1040978P1040979P1040982P1040983P1040984P1040985P1040987IMG_20160702_095849IMG_20160702_095906IMG_20160702_100024

Heureusement, la nature offre un spectacle plus heureux, et nous jetons notre dévolu sur les 2 volcans jouxtant la ville de Tomohon ; le Mahaout et le Lokon. Nous rejoignons le premier en toute fin de journée. Il se rejoint en voiture et il ne reste qu’une volée de marches à grimper pour atteindre son sommet. Ce volcan est supposément endormi et son cratère est malgré tout tétanisant. Nous profitons du coucher du soleil pour admirer les plaines avoisinantes, et repérer notre belle ascension du lendemain ; le majestueux Lokon.

P1040991P1040996P1040998P1040999P1040997P1040992

Après une bonne nuit de repos, nous voilà sur le pied de guerre à la première heure. A nous le Lokon! Nous entamons l’ascension par un sentier quasiment introuvable que nous mettrons presque une heure à trouver. Nous sommes dimanche, et personne à l’horizon. Finalement, nous rejoignons la piste improvisée au coeur d’une coulée de lave qui a façonné la roche. On a le sentiment de faire du canyoning sur un torrent figé! C’est une excellente occasion pour expliquer aux enfants l’histoire des volcans, qui semble les intriguer. Au bout de 2h30 d’ascension de difficulté moyenne, nous voilà au bord du cratère, dont de nombreux fumerolles de souffre s’échappent. Comme toujours, les nains ont avalé la pente sans difficulté.

La vue est impressionnante, nous faisons le plein de sensations mais ne restons que peu de temps pour éviter de respirer trop longuement ces vapeurs toxiques.

P1050005P1050007P1050008P1050009P1050010P1050014P1050015P1050016P1050018P1050020

Le lendemain de notre ascension, nous apprenons du Centre de Volcanologie que le Lokon est en alerte 3 sur…4, alors que les locaux nous avaient assurer qu’il n’y avait absolument aucun danger. L’histoire se termine bien, “mais tous les faits divers débutent pourtant comme ça…”   

Nous sommes également en pleine phase finale de l’euro, et un sympathique villageois m’invite toutes les nuits (3h du matin!) à venir voir les ¼ de finale chez lui. Et c’est entouré de ses propres trophées que j’assiste à l’autre bout du monde à la victoire sur les islandais, à l’élimination de la Belgique et de l’Italie. Epique.

IMG_20160704_025753

Time to take off.

Nous sommes le Mardi 5 juillet, nouveau réveil à 5h du matin pour rejoindre l’aéroport de Manado et prendre notre vol pour Bali. Nous allons y passer les tous derniers 10 jours de notre Great Trip dans le Nord, à Lovina, où notre oncle Pierre nous prête sa villa flambant neuve, et nous profitons de l’occasion pour le remercier une nouvelle fois de nous offrir cette fin en apothéose!

Nos derniers 10 jours seront consacrés à du temps au calme, notamment pour les enfants qui en ont vu de toutes les couleurs ces 3 dernières semaines. Une sorte de phase de transition pour tous avant notre retour en France, le 14 juillet.

Que dire en guise de bilan de cette étonnante ile de Sulawesi ? 3 semaines, c’est bien peu pour juger la richesse folle de cette immense étendue, mais voilà ce que nous en retenons en synthèse.

Ce que nous avons aimé :

  • L’authenticité et la sincérité de ce que nous y avons découvert ; les paysages, les habitants, les échanges, les traditions.
  • La richesses extraordinaire de cette culture torajienne autour du passage dans l’autre vie
  • La beauté paradisiaque et l’isolement total des îles Togians
  • L’ascension du magnifique Gunung Tomohon
  • La culture de l’accueil sensationnelle des habitants de l’île, du Nord au Sud   
  • La gastronomie de rue ; Mie Bankso, Mie Goreng, Gado-Gado…
  • Ce combat de coq clandestin épique interrompu par la police

Ce que nous avons moins aimé :

  • Sans surprise, les transports pénibles et longs. Mais n’est-ce pas la garantie d’une nature sauvage et sans touristes?
  • La barrière de la langue car inexistence de l’anglais
  • Le non respect de la nature (commun à tous les pays traversés) considérée comme poubelle à ciel ouvert
  • La violence évitable du marché traditionnel  

 

Rendez-vous désormais à Bali, pour clôturer en beauté notre inoubliable aventure familiale.

Notre état d’esprit à cet instant? Nous sommes tellement heureux d’avoir vécu ces mois ensemble, et tellement riches d’expériences uniques que nous sommes sereins à l’idée de rentrer. Un sentiment de plénitude et de bonheur pur nous habite tous, associé à une joie sincère de retrouver les nôtres.

A très bientôt,

Ze Great Trip

P1050002

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s